Assets allocation2018-08-01T12:23:56+00:00

Tactical Asset Allocation Committee

Fin Juin 2018

Revue des grilles d’allocation

 Contexte général

Après un début d’année 2018 sur les chapeaux de roues le deuxième trimestre s’est montré beaucoup plus incertain, volatile. Cette volatilité, et les corrections associées, traduisent les changements durables qui s’installent, les craintes à l’horizon ainsi que les brusques incertitudes géopolitiques et « géo-commerciales ».

Ceci continuera à influencer les performances des actifs financiers pour l’ensemble de cette année.

Sur fond de croissance généralisée des économies au niveau mondial les résultats des entreprises sont à la hausse. Cette création de richesse se répartit différemment entre le capital et le travail mais l’on a généralement assisté soit à une hausse des salaires (USA) soit à une baisse du chômage (Europe).

Une politique fiscale destinée à soutenir l’économie américaine a donné un élan supplémentaire aux attentes de rendement des marchés des capitaux; en même temps elle nourrissait des craintes au sujet de l’inflation et des taux d’intérêts, courts ou longs.

Ce vigoureux cocktail de croissance et de stimuli a permis à la Réserve Fédérale américaine de poursuivre la hausse des taux courts initiée en 2017. Le corollaire est une sensibilité accrue des marchés aux indicateurs économiques.

Les indicateurs politiques se sont ajoutés aux indicateurs économiques comme sources de nervosité; les USA ont participé à une plus forte polarisation au Proche et Moyen-Orient (Iran, Israël) tout en laissant un peu de la pression diminuer en Asie (Corée du Nord).

Le protectionnisme et les mesures de rétorsion sont à l’agenda politique des grands ensembles économiques. Les effets d’annonce sont souvent accompagnés de révisions, adoucissant ou durcissant l’annonce initiale

L’impact de telles mesures, qui sont passées du rôle d’épouvantail à celui de réalité, n’est pas encore pleinement réalisé, toutefois les volumes échangés, au niveau mondial, sont légèrement à la baisse.

L’Europe vit au rythme de ses protectionnismes intérieurs, chacun essayant de diminuer l’inconfort du vivre ensemble avec ses voisins. La vigueur de la croissance est toujours menacée par l’endettement et le chômage tarde à se résorber.

En Asie, dans l’ « atelier du Monde », la réalité économique tente de s’ajuster aux guerres tarifaires.

L’actualité en Amérique Latine est dominée par les élections à venir au Brésil et l’issue du scrutin est plus que jamais indécise ; le Mexique vote ce le 30 juin et le candidat populiste semble avoir les faveurs ; le Venezuela ne trouve pas d’issue à sa crise; la bonne nouvelle vient de l’Argentine qui a retrouvé son statut de Marché Emergent, malgré un contexte très inflationniste. Ces facteurs ne donnent que peu de signaux pour l’investissement dans cette région.

Le Comité s’est montré plus réservé dans les attentes de rendement pour 2018 pour toutes les catégories d’actifs.

Contexte économique USA

Les taux d’intérêt US ont connu un pic temporaire (?) à 3.18% pour les échéances à 10 ans et ont corrigé à 2.85% actuellement. La progression des coûts de la main d’œuvre s’affiche à +2.7% en rythme annuel.

Les résultats des sociétés ont été plutôt bons et les perspectives futures également.

La productivité inquiète car elle stagne et cela signifie pour l’entrepreneur une inflation des coûts pour financer l’expansion. La menace du remplacement de l’homme par l’intelligence artificielle existe et permet de mettre un peu de pression sur la productivité.

La perception généralisée est que la barre à 3.18% devrait ne pas être franchie avant 2019, limite soutenue par le retour vers l’obligataire dans un contexte d’incertitude et supporté par les investisseurs en Euro recherchant désespérément des taux nominaux attrayants.

Recommendation Obligataire: pas de changement ; favoriser échéances courtes. Nous révisons nos attentes 2018 légèrement à la baisse et attendons un rendement total « flat ».
Recommendation Actions : pas de changement. Profiter de la volatilité.

Europe

Peu d’éléments nouveaux à relever ; les résultats des entreprises demeurent bons mais la croissance peine à se généraliser à tous les secteurs.

Recommendation Obligataire : pas de changement.
Recommendation Actions : nous abaissons nos attentes de rendement pour 2018.

Suisse

Le SMI ne représente pas les secteurs « à la mode » dans cette phase du cycle économique mondial et ses performances s’en ressentent.

Recommendation Obligataire : pas de changement. Recommendation Actions : pas de changement.

Emerging Markets

Les vues sur le Brésil sont d’une issue favorable des élections tant pour les obligations, la monnaie que les actions car, quel que soit le vainqueur, une grande partie des incertitudes sera levée.

Recommendation Obligataire : pas de changement / durées courtes. Nos attentes revues légèrement à la baisse.
Recommendation Actions : pas de changement. Nos attentes revues légèrement à la baisse.

Alternative Investments / Hedge Funds / Metaux

Seul changement quant aux attentes sur l’or, revues à la baisse dans un contexte de taux d’intérêt fermes.